Délai de livraison

Il vous reste

j. h. m. s.

pour être livré le 19-11-2018 par

Fabricants

Catégories

Shops à Lausanne, Estavayer et Bienne

100 médecins signent un manifeste en faveur de la E-cigaretteGilles Bassignac

Le Dr. Philippe Presles, tabacologue, et le Dr. Jean-Michel Klein, président du Syndicat national des ORL.

100 professionnels de la santé ont décidé de rédiger un manifeste pour promouvoir son utilisation. Leurs profils sont variés : tabacologues, pneumologues, cardiologues… Tous ont une longue expérience des addictions à la nicotine et ont fait le choix d’orienter en priorité leurs patients vers la cigarette électronique. Le coordinateur du manifeste, le Dr. Philippe Presle, explique que « pour environ un tiers des fumeurs, elle suffit à tourner la page du tabac ».

"Pas plus cancérigène que le café"

Un discours totalement à l’inverse de celui actuellement relayé dans les médias, notamment par le magazine « 60 millions de consommateurs ». La e-cigarette y est décrite comme cancérigène et l’absence de contrôle fiable des composés et de l’étiquetage est pointé du doigt. Les professionnels rétorquent que cela ne peut pas être pire que de fumer de vraies cigarettes et que dans l’ordre de gravité des substances nocives, les « vapoteuses » arrivent loin derrière l’alcool ou la nourriture grasse et trop sucrée. Ils affirment également que la proportion d’éléments cancérigènes dans les e-cigarettes est « infinitésimale », « pas plus que dans une tasse de café ».

Ces médecins qui défendent l'e-cigarette

Cent médecins de toutes les spécialités médicales signent un appel en faveur de la cigarette électronique pour lutter contre les méfaits du tabac.

 

Pour le Dr. Jean-Michel Klein, président du Syndicat national des ORL, il était temps de réagir: «Il faut arrêter de dire et d'écrire n'importe quoi sur la cigarette électronique ! Si nous ne connaissons pas tout d'elle, nous constatons que les malades vont mieux quand ils vapotent que quand ils fument. Et si cet outil nous permet de sauver quelques-unes des 73'000 personnes que le tabac tue en France chaque année, alors il est de notre devoir de nous y intéresser.»

Le Dr. Philippe Presles, tabacologue, auteur d'une méthode pour tenter d'arrêter de fumer avec la cigarette électronique qui paraît cette semaine, à la conviction que l'on tient enfin l'outil pour en finir avec le tabac. Sans souffrir de manque, de stress, ou d'inquiétude de grossir.

Après une longue étude sur le sujet et une constatation au quotidien sur certains patients, il a mesuré les qualités et les défauts de la vaporette. Et il la juge indéniablement plus efficace que les autres méthodes à base de substituts nicotiniques . Le Dr. Presles va même très loin en affirmant que «cette invention sera probablement celle qui sauvera le plus de vies humaines au XXIe siècle, tout en procurant aux fumeurs, ces hédonistes dans l'âme, un nouveau plaisir à explorer». Plus modéré, l'Office français de prévention du tabagisme, auquel il a été demandé un rapport officiel, constate un consensus pour dire que l'e-cigarette est infiniment moins nocive que la cigarette.

Les praticiens se mettent à espérer

Les consommateurs semblent les premiers supporteurs de ce nouveau jouet inventé en 2003 par un pharmacien chinois du nom de Hon Lik. L'engouement est mondial. Explosion aux États-Unis et en Europe, croissance exponentielle en France. Plus de un million de français vapotent, soit l'équivalent de 7 à 8 % des fumeurs du pays. Si la moitié reconnaît l'utiliser pour faire des économies, huit sur dix affirment que leur démarche est avant tout médicale, avec le souci de moins s'intoxiquer.

Les médecins, d'abord réticents face à cette vaporette qui fait de la fumée comme la cigarette, en reproduit la gestuelle et peut contenir de la nicotine, sont nombreux à modérer leur scepticisme. Tout simplement parce qu'ils constatent des effets bénéfiques sur leurs patients. Ceux qui la défendent le plus sont les tabacologues et les pneumologues. Selon les spécialistes, elle ne serait vraiment fiable que depuis quelques d'années, ce qui a notamment faussé les résultats de certaines études de dangerosité réalisées avec d'anciens modèles. Les réticences qui persistent sont plus liées à une position de principe, celle du zéro cigarette car le tabac tue. L'e-cigarette va à l'encontre de ce postulat, car son usage vient souvent en complément d'une consommation de tabac. «Même si dans les faits, il est indéniable que l'on a des cas de personnes qui arrêtent totalement le tabac en quelques jours», confirme Philippe Presles. Alors que les tentatives d'arrêt du tabac enregistrent un taux d'échec de 80 % dans les six mois qui suivent, les praticiens se mettent à espérer en cet outil qui pourrait constituer un nouvel enjeu de santé publique.

Pragmatiques, les cent médecins signataires de l'appel pour que la cigarette électronique soit conseillée contre le tabac estiment que chaque cigarette qui n'est pas grillée grâce à l'e-cigarette est un gain. La position réglementaire de la France, qui reste assez ambivalente, ne les satisfait pas totalement. Sur l'idée que la vaporette pourrait être une porte d'entrée vers le tabac chez les jeunes, par exemple, Philippe Presles nuance: «Chez eux, c'est l'interdit qui attire. Mais l'effet de mode porte la cigarette électronique. Elle pourrait permettre à la moitié des 40 % de jeunes qui fument d'arrêter en partie ou totalement le tabac. Faut-il renoncer à cette aubaine?»

 


Crédits photo :
Même débat sur l'interdiction dans les lieux publics, ce qu'imagine faire l'actuel gouvernement. Ce serait un principe de précaution mal appliqué, selon certains médecins. L'un des atouts mis en avant par les utilisateurs de vaporette est qu'on peut l'utiliser là où la cigarette est interdite. Aux États-Unis, les géants du secteur du tabac, comme British American Tobacco, Lorillard ou Reynolds American, ont tous lancé une e-cigarette à grand renfort de publicité avec ce seul argument: la liberté d'usage et le plaisir sans les inconvénients du tabac. Et s'il y a une chose qu'on ne peut pas mettre en doute, c'est leur grand sens du marketing.

 

La Cigarette électronique: enfin la méthode pour arrêter de fumer facilement, par le Dr Philippe Presles, Editions Versilio, 203 p. 14 €.


«La cigarette électronique, c'est l'outil que nous attendions»

Bien utilisée, la e-cigarette est le meilleur moyen de se libérer du tabac selon le Dr. Philippe Presles, et sa dangerosité est sans commune mesure avec le tabac.

LE FIGARO MAGAZINE - La vaporette est-elle vraiment efficace pour arrêter de fumer?

Dr Philippe PRESLES - Depuis un an, dès que je croise un vapoteur, je l'interroge. Les trois quarts d'entre eux me répondent qu'ils ont pu arrêter grâce à cela. Un quart continue d'avoir un usage mixte, et environ 2 % fument tout autant. C'est l'histoire d'un succès, confirmé par les chiffres, avec 7 millions de vapoteurs en Europe en quelques années. Parallèlement, les ventes de tabac chutent, avec moins 8 % depuis le début de l'année. Il y a un transfert, c'est indéniable.

Ensuite, il ne faut pas faire n'importe quoi. Par exemple, seuls les modèles récents et de qualité permettent aux fumeurs d'obtenir suffisamment de nicotine pour leur besoin. Mais si la e-cigarette est extrêmement efficace, c'est parce qu'elle comble deux manques: le manque physique, la nicotine, mais aussi le manque psychologique qui, je pense, est le plus difficile à sevrer. On peut se convaincre avec la e-cigarette de vapoter «juste pour le plaisir», ce qui est la principale motivation du fumeur classique. C'est pour nous, les praticiens, une révolution: moins on sollicite la volonté, plus on a de chance de réussir à se passer de la cigarette.

Beaucoup de questions circulent sur la dangerosité de la cigarette électronique, qu'en est-il?

Je répondrai simplement: en passant à la cigarette électronique, vous allez échapper aux terribles poisons du tabac. Vous allez arrêter d'augmenter votre risque de cancer, de bronchite chronique, d'infarctus… Ensuite, la plupart des produits que contient aujourd'hui la cigarette électronique sont d'usage courant. On les retrouve dans les aliments comme le propylène glycol ou le glycérol, qui ont pour propriété de garder l'humidité, notamment dans le pain de mie. Il existe des impuretés qui ont fait beaucoup parler d'elles, mais on en retrouve aussi dans des produits très répandus.

Mais les effets à long terme?

Certes, nous ne pouvons pas aujourd'hui les mesurer. Mais il faut rester pragmatique en comparant cette relative inconnue avec la certitude de mourir du tabac dans un cas sur deux à cause du monoxyde de carbone, des goudrons et des particules fines. Rien de tout cela dans la cigarette électronique. L'industrie du tabac l'a bien compris. Elle a tenté de lutter contre la cigarette électronique, après avoir cherché en vain à inventer la cigarette sans danger, et aujourd'hui elle investit ce marché prometteur  qui va lui voler des parts de marché considérables. Pour le bien et la santé de tous.


Nouveaux produits